attendez-vous à savoir …

ROISSYBUSINESSBIS

A LIRE ABSOLUMENT (recommandé par RM)

silence_coupable

RoissyMail embauche !

canstockphoto16466792BIS

un rédacteur, une rédactrice. Cliquez pour en savoir plus

CARTE DU GRAND ROISSY

CarteRM214

Téléchargez-là ou commandez-là chez nous

Prenez vos jumelles et devenez …

Prenez vos jumelles et devenez ...

pas voyeur, mais...

On rigole aux Rigoles

IMG_2347

Brasserie Les Rigoles à Paris 20. On recommande ! cliquez...

RoissyMail-Le-Magazine n°31

RoissyMail-Le-Mag-3101

Dans ce n°: le PNR, mais aussi un gros dossier très business sur les nouvelles ZAE du Grand Roissy. Un "collector"...

RoissyMail le Mag n°30

Pages de RM30BD2 copie

Tout savoir, dans ce numéro sur le Parc d'Exposition de Villepinte et son extension.

RETROUVEZ LES ANCIENS RM

RM

numéros 14 (2004) à 499 (juin 2012): une mine d'infos et de témoignages sur le Grand Roissy

Pour ceux qui ne l’auraient pas lu. Un vrai roman

bn26-1.pdf

Depuis 40 ANS…

willems-web

Traiteur sur le Grand Roissy

Suivez-nous now sur twitter ! @roissymail

Suivez-nous now sur twitter ! @roissymail

Pour toujours mieux vous informer ...

CHOSES PUBLIQUES

Doc CP numero 2 ok

Violence à l'école: ça ne date pas d'hier. Lisez ce témoignage d'EV (2001)

Le (vrai) dernier RM le Mag !

Pages de RoissyMail Magazine 25 copie

Un numéro "collector" , carrément génial

RoissyMail Le Magazine N°32

Pages de ROISSYMAIL32BIS copie

La gare du métro « Grand Paris Express » au Mesnil-Amelot

garemetroGrandParis Mesnil-Amelot copie

Inscription à la Newsletter RoissyMail

Inscrivez-vous à la newsletter

Email *

Nom *

Entreprise

Fonction dans l'entreprise

Site web


* = indispensable

Roissy Mail Le Magazine n°29

Pages de RM29bd2 copie

Les dossiers de nos Mag restent toujours jeunes... Consultez ou téléchargez le n°29 facilement.

Nos anciens journaux papiers

Capturebn2

Une mine d'infos pour comprendre le territoire

J’ai 12 ANS….

moibdrm

CLIQUEZ !

Les restaurants du Grand Roissy

Les restaurants sont nombreux dans notre région aéroportuaire et un peu plus loin. Et la clientèle, variée, est importante. A 10, 15 minutes  de voiture maximum, on peut rejoindre les quelques 500 restaurants que compte le Grand Roissy. Cette rubrique leur est réservée, elle permet aux restaurateurs de mettre en valeur leurs offres leur savoir-faire, de signaler tout changement (carte, plat du jour…). Elle permet ainsi aux lecteurs de RoissyMail, (dont une bonne partie, sinon la majorité déjeune tous les jours au restaurant) de faire leur choix…

Pour  connaitre les conditions de parution dans cette rubrique :
Appelez-nous au 01 30 29 04 32. Voyez au aussi la page « publicité » ici.

Chargement en cours...
 

___________________________________________________________________________________________

La publicité sur la rubrique

Vous trouverez toutes nos explications ici et les tarifs là, ci-dessous : (cliquez sur les miniatures)

N’hésitez pas à nous appeler :

on est là au 01 30 29 04 32

Éloge (encore!) du Bouchon Gourmand : le rognon de veau

C’est le produit phare de la carte du Bouchon Gourmand, un de nos restaurants préférés. Mardi  10 septembre, j’avais faim au bureau, mais je n’avais pas envie de préparer quoi que soit (surgelés etc.). Une envie irrésistible de Bouchon m’a pris… Et comme je l’avais pas fait depuis longtemps, j’ai commandé le rognon de veau entier, au « vrai jus », comme Alain, le chef, l’appelle. Il est vraiment délicieux. Pour avoir essayé (et échoué), il est très difficile de bien cuire un rognon de veau entier. C’est le secret du chef et franchement, c’est unique dans la région!

______________________________________________________________________________________________

Éloge de « Chez-Cri »

En ces temps difficiles, il n’est pas inutile de refaire des compliments sur le restaurant « Chez Cri-Cri« , sur la place de l’église du Mesnil-Amelot. Tenu avec passion depuis des années par Catherine Semprez (par ailleurs adjointe au maire de la commune, Alain Aubry), la qualité des plats, celle du service (rapide et souriant) et bien sûr des prix ne se démentent  pas au fil du temps. Pensez : un menu unique à 15 euros avec, tenez-vous bien: choix de 3 entrées, de 3 plats, fromage, dessert et… vin compris. Et les plats, « bien de chez nous » changent tous les jours !  Qui dit mieux( comme le fait remarquer un client sur le Petit Futé) ? Les salles (une centaine de place au total), qui viennent d’être refaites avec gout, par la patronne (une vraie maniaque de la propreté) sont agréables (et il y une superbe terrasse, un jardin plutôt, quand il fait beau, qui donne sur l’église, c’est magnifique). La clientèle est variée : on y croise aussi bien des travailleurs des chantiers environnants que des hommes d’affaires de l’aéroport ou des zones d’activité environnantes, des élus du secteur…  On y va de temps en temps : c’est toujours sympathique et toujours bon.  On vous le recommande vivement.

Ouvert les midis de la semaine (seulement, dommage).

EV

___________________

A l’hôtel de Metz (Bar-le-Duc) , en 1972/73

C'est moâ, quand j'étais barman

Jean-Marie et moi, au bar

Ceux qui ont lu Bénéfice.net 24 se souviendront peut-être que j’ai été barman pendant plus d’un an (j’avais 17 ans) à l’hôtel de Metz à Bar-le-Duc (55). Récemment, mon vieil ami Jean-Marie Conard (eh oui, c’est son nom…) m’ a retrouvé de vieilles fotos  , dont celles-ci. Ça nous rajeunit ! Jean-Marie était à l’époque serveur (chef de rang si j’ai bonne mémoire) au restaurant de l’hôtel. Un restaurant « classique », qui comptait 6 ou 7 serveurs à plein temps. Et ça ne plaisantait pas : service à l’ancienne (les serveurs et serveuses en tenue impeccables, dans de beaux plats, découpe des viandes, des poissons servis « à la pince », nettoyage de la table pour les desserts que les serveurs préparaient (comme les crêpes Suzette) ou flambaient (Omelettes norvégiennes) devant les clients (pas de droit à l’erreur !) bref  tout ce qu’on ne trouve presque plus aujourd’hui.

Parmi les serveurs, Jean-Marie était le plus expérimenté : il avait passé deux CAP : cuisine et service (à l’époque les CAP, passés en trois ans, n’avaient rien à voir avec ceux d’aujourd’hui) . On avait sympathisé et on est resté bons amis, même si on ne se voit pas beaucoup. Mais on ne manque pas de se raconter les multiples anecdotes qui ont ponctuées les presque deux années que j’ai passées la-bas : on en rit toujours !

Moi, j’avais eu de la chance, si on peut dire : en rentrant dans cet hôtel de Metz, dans des conditions rocambolesques, j’étais promis à devenir « arpet’ « , c’est à dire signer un contrat d’apprentissage de serveur, payé avec des clopinettes : vous pourrez voir  ici et comment je m’en suis tiré in extremis.

C’était dur mais au moins on gagnait pas mal d’argent. A cette époque, les serveurs étaient payés au pourcentage de tout ce qu’ils servaient : 12% (à Paris c’était 15). Mais surtout, on apprenait (de gré ou de force) le sens du travail bien fait, que ce soit en cuisine ou en salle.

L’hôtel de Metz n’existe plus, mais c’était une institution dans cette petite ville qui allait souffrir (le peu d’industries présentes fermaient les unes après les autres). Le monde étant petit, j’ai eu l’occasion des années après de rencontrer le 1er chef du restaurant du Sheraton Roissy CDG, M. Kirche, dont j’ai parlé dans Bénéfice.net n°1: il avait été le chef de l’hôtel de Metz quelques années après mon départ…

Nostalgie…

EV (ce 4 mars 2012)

_________________________________________________________________________________________

Rare : les délicieux foies de lapin du Bouchon Gourmand

En entrée, tout simplement...

Il n’y en a pas toujours à la carte, mais il y en avait la semaine dernière. Chacun sait que, dans sa catégorie, le Bouchon Gourmand est mon restaurant préféré. J’y ai mangé cette semaine, une fois avec Bignon, une autre fois avec un invité de marque, qui n’était jamais venu. Les deux fois j’ai pris, tellement c’est bon, un foie de lapin en entrée. On en trouve rarement dans les restaurants (jamais par ici) : voici quelque chose de simple, mais étonnamment goûteux ! Le chef Alain Touron le sert avec une sauce (au vinaigre de Xérès, avec un peu de fonds de veau), mais moi je préfère sans, simplement poêlé, avec quelques grains de gros sel dessus, et sur un lit de salade . Tellement bon que je l’ai pris en foto et rédigé le lendemain ce papier…

Vendredi, j’ai suggéré à mon invité, comme je le fais pour chaque « nouveau », de goûter en entrée le «  Croustillant de pied de cochon au foie gras « , tout en le rassurant : en fait cette entrée, si elle est riche, est très fine. Il ne l’a pas regretté ! En plat, je lui ai suggéré la « Pomme de ris de veau au Loupiac » : « la partie la plus noble, escalopée » comme dit le chef lyonnais Pierre Orsi  un plat vraiment formidable (un peu cher, toutefois, mais c’est le prix) qui, lui aussi n’est pas toujours à la carte. Moi, j’ai continué dans le foie… Après celui de lapin, ce fut le foie de veau.  Le tout arrosé (avec modération…) d’un surprenant Minervois « Grand Terroir » que Claude Touron, (un connaisseur, lui, qui sait dégoter des vins et alcools de grande qualité, à des prix corrects)  m’avait déjà fait goûter, bien charpenté, poivré même.

Le Bouchon Gourmand? C’est pas bien: c’est TRÈS bien (et TOUJOURS) ! Voir aussi mon avant-dernier article sur eux ici

Retrouvez  leur carte mise à jour quotidiennement en cliquant sur leur pub ici (entre 9h et 9h 30). Mieux vaut réserver.

EV (16 avril 2010)

Bonus: comme le Bouchon propose pas mal d’abats (leur « rognon de veau entier au vrai jus » est incomparable) voyez ce site sur les produits tripiers, que je viens de découvrir: c’est ici, et il y a tout, très bien fait. Et je vous parlerai bientôt (je dois le faire depuis longtemps) de « mon » tripier du marché de la Place des Fêtes (Paris 19), qui est formidable (j’ai fait, dimanche dernier, de la joue de bœuf aux carottes, j’vous dis pas ! ).

___________________________________________

Nostalgie et hommage: Bernard Loiseau au Mesnil-Amelot

Danièle Carnet et le regretté Bernard Loiseau

L’autre fois j’ai rencontré par hasard, je ne le connaissais pas, M. Carnet, dans l’excellent restaurant « Chez Cri-Cri » , au Mesnil-Amelot. M. et Mme Carnet ont longtemps dirigé les pépinières Carnet, avant qu’ils ne prennent leur retraite et les vendent aux pépinières Chatelain. En entendant son nom, je me suis souvenu tout de suite de l’épisode suivant.

En 2001 en fait le 7 janvier, un samedi matin, je roulais vers Le Mesnil-Amelot en venant de Tremblay. Et j’entends, c’était sur RTL (qui, de mémoire faisait à l’époque une émission culinaire qui consistait, pour les auditeurs, à se porter candidat pour recevoir chez eux un grand chef) que le regretté Bernard Loiseau était juste à ce moment chez les Carnet, en train de préparer un repas. Je suis ça quelques minutes en direct et je meurs d’envie de passer chez les pépiniéristes, hsitoire de prendre une foto et d’en parler dans la rubrique restaurant du prochain Bénéfice.net.

Danièle Carnet, le maitre d'hôtel et le grand chef

Mais, en  passant juste devant chez eux, je me dégonfle…  A tort ! Quand je raconte ça à M. et Mme  Carnet, 10 ans après, ils m’assurent que j’aurais dû … Du coup, le repas fini chez Cri-cri, on va boire le café chez eux, non loin du restaurant (j’étais avec Gérard, mon conseiller gastronomique, enfin, jusqu’à maintenant…) et ils nous racontent la journée avec Loiseau, nous passent ces photos pour cet article sur RoissyMail, que je mets enfin en ligne (voyez aussi la carte du jour, dédicacée par le Chef, un document!) . Merci à eux.

Une occasion pour rendre un hommage à ce grand cuisinier que fut Bernard Loiseau (3 étoiles Michelin) dans son restaurant de Saulieu. Qui, pour des raisons complexes, se suicidera deux après sa prestation du Mesnil.

Aujourd’hui sa femme Dominique continue l’entreprise, qui compte plusieurs établissements et est cotée en bourse. Voyez tout ça sur leur site ici. Le groupe tient notamment « Chez Tante Marguerite », non loin de l’Assemblée nationale, qui avait défrayé la chronique voici quelques mois à cause de son salon fumeurs, fréquenté par les parlementaires adeptes du barreau de chaise…

Appréciez les fotos (merci encore aux époux Carnet) et félicitations à la charmante Danièle Carnet.

EV (le 3 avril 2011).

Avec la famille et les amis, ce 7 janvier 2001. A droite, M. Carnet

_________________________________________________________________________________________

Nouveau restaurant : La Vitrine à Roissy

Voyez les articles que j’ai rédigés sur ce nouveau restaurant : ici et .

(ce 19 mars 2011)

_____________________________________________________________________________________________

Sardines grillées le week-end prochain, A Nossa Casa !

Ca se sait maintenant, on est « tombé en amour » avec la boutique de produits portugais (et son espace « snacking »!)  « A Nossa Casa » à Goussainville. Vous allez bientôt voir une belle publicité ici pour cet établissement vraiment sympathique créé voici 3 ans par Manu et Christina.  Mais sachez déjà que le week-end prochain (les 18 et 19 septembre), ils organisent une dégustation de sardines grillées ! C’est un évènement car (pour ceux qui ne connaissent pas), seuls les Portugais savent griller ce poisson délicieux, riche en Omega 3, comme dirait Gérard. Voyez ce qu’en dit le site Portugalmania

Et voyez aussi cette petite vidéo, tournée à l’occasion des 3 ans de Nossa Casa et qui donne une idée de l’ambiance :


Et vous saurez tout sur leur site, ici.

______________________________________________________________________________________________

A Nossa Casa

C’était lundi dernier, Gérard Couffignal (mon ex et  futur ex conseiller culinaire), sorti d’une retraite (au sens retraité vrai) se pointe à l’improviste au bureau de VPP , sur les coups de l’apéro. Joie, parce que j’aime bien Gérard qui est un homme aussi  critiquable qu’adorable (c’est dire ! !) . Bon, on va manger, mais  où ?

J’ai l’idée de retourner à Nossa Casa, que Gérard ne connaissait pas encore. La boutique-resto portugaise de Goussainville (extra, j’en ai déjà parlé sur (au moins) RM 395 ) est super ! On y sert, au resto, du poulet grillé, parfois de la fejoada, et d’autres recettes portugaises. Ambiance forcément sympathique. On a pris un excellent poulet grillé (que les Portugais appellent frango, allez voir cette explication étymologique) avec un riz blanc mélangé (pas assez à mon gout) avec des haricots rouges. Le tout accompagné par un vin Velho, « corpureux » , délicieux et un peu costaud (avec modération, bien sûr!).

Comme j’avais voulu manger le frango avec les doigts, et Bignon étant là, j’ai demandé, comme on fait en Afrique, de l’eau pour me laver mes mains. Un peu en blaguant…  Christina, la directrice m’a alors surpris en ramenant un broc et une « cuvette » traditionnelle du Portugal (foto): c’était grandiose !

C’est très bien, et ça vaut la découverte: le passage au resto par un gros tonneau de pinard est rigolo, le personnel est presque bon… et l’addition : un super rapport qualité prix, la rigolade et le décontraction en plus…

Allez-y ! Même pour les repas d’affaires…

EV (le 4 aout, sans Velho…)

_______________________________________________________________

Un nouveau Chef au Pullman Roissy CDG

Il s’appelle Jean-François Rigal et nous l’avons rencontré rapidement lors de la soirée de Pays de Roissy CDG.

Jean-François Rigal, bien entouré par Eric Veillon et Thierry Bogaczyk (OT de Roissy)

Nous aurons l’occasion de mieux vous le présenter et on espère, après la valse des chefs au Pullman, qu’il restera. Bienvenue à lui, en tout cas…

Partagez :
  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Technorati

Partagez votre opinion

Poster un commentaire


6 * 9 =

Protected by WP Anti Spam

© 2010 Roissy Mail. Porpulsé par Wordpress.

Thèmes Wordpress par Agence Rdva