Après les attentats et la mobilisation contre le terrorisme, des éléments de réflexion

Tout le monde est encore sous le choc, après cette série d’attentats. Et, à entendre les nombreuses personnes qui m’ont appelé et les nombreux échanges que j’ai eu, les choses doivent changer dans notre pays. L’article que j’avais écrit dans la dernière newsletter a été lu massivement. Il est déjà en premier parmi les articles lus depuis 2 mois… Pas une seule réaction négative.

Le débat est légitime. Et les marches, et spécialement l’immense marche de Paris résonnent comme un appel à l’introspection.  On se réjouira ici que les “bien-pensants” et autre “bonnes âmes” comme je les appelle, ceux qui excusent tout et n’importe quoi, ceux qui traitent de raciste ou de fasciste les rares qui appellent un chat un chat,  se sont globalement tus, voire terrés ces derniers jours. Pourvu que ça dure !

Mais pas une bonne partie de la jeunesse (pas n’importe laquelle) comme on l’a vu lors des “minutes de silence”… Je le répète, on paye des années de couardise.

Mon édito de BN 14 en 2002. Cliquez !

Parmi les réactions positives, celles de Malek Boutih, député (PS) de l’Essone. Voyez une de ses interviews récentes ici. Il n’y va pas avec le dos de la cuillère ! Voyez aussi son site, sur lequel vous pourrez voir d’autres interviews, notamment sur France Inter et BFM TV. Il dénonce depuis des années, j’en témoigne, la lâcheté de certains élus locaux avec les voyous.  Faut dire qu’il a longtemps prêché dans le désert. Si j’avais écrit le dixième de ce qu’il a dit, les bonnes âmes (tel un Luc Broussy, encore conseiller général du Val d’Oise, grand communautariste devant l’Éternel qui vient récemment sur Facebook, de me traiter d’islamophobe et, une fois de plus d’extrême-droite), m’auraient dézingué. Seulement lui, Boutih, a un nom arabe….

J’avais cité une déclaration de Malek Boutih dans mon édito de Bénéfice.net n°14, en 2002. Edito naïvement titré : “Enfin, faire de la politique autrement”), après l’élection présidentielle qui avait vu Le Pen au deuxième tour, dans lequel j’évoquais la violence dans les “quartiers” de Tremblay, ce qui m’avait valu, en 1990 de m’être fait traité de fasciste. Lisez-le, c’est éloquent !

Autre problème : l’école

La lâcheté collective (sans moi…) que je dénonce régulièrement a abouti à ces comportements aussi scandaleux que “décomplexés” dans les établissements scolaires lors des “minutes de silence” (et je peux vous dire qu’il y en a eu plus de 200…) ou sur les réseaux sociaux (au moins 21 000 tweets “je suis Kouachi”).

lisez, lisez

J’ai été professeur d’histoire-géographie en 1989 et 1990. La première année au collège Malraux, dans les quartiers nord d’Asnières-sus-Seine (92).

Lisez (ci-contre) le témoignage que j’avais écrit en 2001 dans mon ancien magazine “Choses Publiques” qui était diffusé à 25 000 exemplaires dans les foyers de Tremblay et de Villepinte. Tout est dit pour comprendre là où en est arrivé. Lisez-le….

Autre témoignage

Beaucoup d’entre vous savent que j’ai vécu au Bénin, petit pays d’Afrique de l’Ouest. C’était entre 1981 et 1989. Et j’y retourne depuis cette date dès que je peux car je suis tombé “amoureux” de ce pays que je connais très bien. Au point que j’avais pensé un moment demander la nationalité (ce que je ferai  un jour). Mais, double nationalité ou pas, je respecte toujours les traditions, us et coutumes du pays. Je m’intéresse à la politique menée dans ce pays (et dieu sait s’il y a à dire sur ce sujet, surtout en ce moment) et je pense que j’aimerais le moment venu rentrer dans le jeu politique de ce pays. Eh bien, si c’était le cas, je le ferais avec toute la retenue nécessaire, même si j’avais la nationalité. Quand je vois ici, chez nous, des doubles nationaux  ou des nationaux d’origine étrangère (même si, et c’est bien comme ça, la nationalité n’est pas “divisible”) hurler dès qu’il y a un pet de travers en France, faire la leçon et ne pas s’offusquer,  couvrir même ,des manquements graves (c’est un euphémisme) aux droits humains dans leur pays d’origine, je trouve ça scandaleux.

Pendant mon séjour (revoir le glorieux Bénéfice.net n°26 “Roissy et L’Afrique” où je raconte tout par le menu), j’ai eu l’occasion de créer un bar restaurant. C’était le plus beau bar de Cotonou (la plus grande ville du pays). Fréquenté surtout par les Blancs (expatriés) mais aussi par des Africains aisés (les prix étaient élevés). Parmi les clients blancs se trouvait le responsable local  de la Croix Rouge bavaroise. Un Allemand truculent, sympa au demeurant, et … puissant car la fameuse Croix rouge teutonne distribuait pas mal d’argent. C’était un très bon client du bar ! Le seul problème, c’est qu’il se croyait tout permis. Il parlait fort (plus fort quand il était éméché) et n’arrêtait pas de critiquer le Bénin en public, dans des termes peu… retenus, pour ne pas dire insultants. Au bout d’un certain temps, je suis venu lui dire qu’il fallait arrêter ça, par respect pour le pays qui nous accueillait. Il a continué et il a fallu que je le menace d’interdiction pour qu’il arrête enfin son comportement indigne. Des histoires comme ça, j’en ai plein.

Ce que je veux dire par là c’est que, nationalité ou pas, quand on est accueilli dans un pays étranger, même si on a des droits, il faut respecter ceux qui vous accueillent et surtout respecter leur mode de vie.Et, comme j’avais dit au Bavarois, si tu n’es pas content, ou tu te tais, ou tu quittes le pays, puisqu’il t’insupporte  (mais il gagnait gros, vous pensez bien qu’il ne l’a pas fait…).

Puisse notre République faire les mises au point nécessaires. EV

Partagez cet article

3 réflexions au sujet de “Après les attentats et la mobilisation contre le terrorisme, des éléments de réflexion”

  1. Non, je reste simplement lucide. Je n’ai pas de fantasmes autres que sexuels. Je ne suis pas sur que tu ais tout lu. Simplement je me bat contre les clichés. Parmi les voleurs et les assassins, il y a de tout. Ce qui m’attriste, c’est l’état dans lequel se trouve notre pauvre monde. C’est pire qu’avant. Dans mon jeune temps, c’était plutôt les ritals, les espingoins, les pieds-noirs… On a toujours du trouver des bouc-émissaires à tous nos malheurs. Ceux qui croient que tous les groupuscules terroristes sont uniquement motivés par des raisons religieuses sont soit des angélistes ou complètement. Pour s’écarter du sujet actuel qui est un irritant pour tout le monde, on n’a qu’à revenir en France au moment de la révolution (c’est pas si vieux). Est-ce que les chouans par exemple se battaient pour l’église et défendre les pauvres curés persécutés par les révolutionnaires; non, ils étaient manipulés par les nobles bretons qui ne voulaient pas perdre leurs privilèges. C’est, à mon sens, un phénomène semblable. A propos de nationalité, je suis né à Valenciennes, mes ancètres sont originaires d’un petit village belge sauf qu’à cette époque, la Belgique n’existait pas. C’est pour ça que je considère tout ça comme dérisoire. Comme dit mon idole Thiéfaine, digne successeur de Léo Ferré : je suis de race humaine et de nationalité terrienne. Ce qui est vraiment con, c’est qu’on ne peut pas descendre.

    Répondre
  2. D’accord mais qu’est-ce que tu entends par appeler un chat un chat ? Est-ce que c’est dire que les noirs et les arabes sont voleurs, est-ce que c’est dire que tous les musulmans sont terroristes, est-ce que c’est dire que tous les juifs sont sionistes, est-ce que c’est dire que les blondes sont idiotes, est-ce que c’est dires que tous les belges sont cons, est-ce que c’est dire que tous les auvergnats sont radins, est-ce que c’est dire que les chtis ou les bretons sont alcooliques…. Je ne suis pas plus charlie que ça (pour ma part, je préférais Hara-Kiri) mais je pense que ce que tu dénonces est du à une dérive politico-médiatque qui dure depuis pas mal de temps. Une désinformation que je passe mon temps à dénoncer. Si c’est une chose organisée, là ça me fait vraiment peur. On montre en permanence les palestiniens écrasés sous les bombes des israéliens, les enfants morts (ça fait vendre), on n’arrête pas de parler des attentats et des terroristes qui sont (à la louche) quelques milliers en ignorant les millions de personnes qui ne sont pas dans ce lot mais qu’on traite comme s’il y étaient pour quelquechose et à qui on demande même de s’excuser. Je suis d’accord avec ce que tu dis quand tu parles d’intégration. Je ne reproche pas à mon voisin et ami d’origine espagnole d’avoir mis un drapeau à sa fenêtre quand l’Espagne a gagné la coupe du monde. Personne ne reproche à un français d’origine portugaise de mettre son drapeau au rétroviseur de sa voiture (en plus il est vachement difficile à dessiner) je ne suis pas sur qu’un drapeau algérien obtiendrait la même tolérance. Pour finir, toutes ces histoires m’ont transformé. Je suis passé d’athée à anti-religieux. Mais de toute façon, tout le monde s’en fout ! L’individualisme et la jalousie sont devenus la règle. Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de la mort de l’abbé Pierre et je repense souvent à une de ses dernières paroles quand on lui demandait ce qu’il souhaitait après toutes ses années de lutte : “j’attend juste qu’IL m’appelle auprès de LUI”. J’ai toujours ce souvenir de cet homme qui a passé sa vie au service des autres désespéré par la nature de l’homme. L’humanité disparaitra, bon débarras.

    Répondre

Laisser un commentaire