- Roissy Mail - http://roissymail.fr -

Emmanuel de La Massellière, de l’EPA, a sorti un bouquin

Posted By Eric Veillon On 28 novembre 2014 @ 14 h 15 min In 802, CONSO, Coup de coeur, culture et loisirs | No Comments

L'auteur

Il est directeur de la stratégie et du développement à l’EPA Plaine de France depuis 2009. A l’occasion de la sortie de son livre, on en a appris un peu plus sur lui :

Emmanuel de la Masselière, 53 ans, est spécialiste de la prospective, de la stratégie, du marketing et du développement urbains. Il a été successivement directeur de cabinet du Maire de Provins, directeur du conseil économique et social de Picardie puis a créé au sein de Setec une activité de conseil en développement urbain qui lui a permis d’intervenir dans une cinquantaine de territoires. En janvier 2009, Il rejoint l’EPA Plaine de France en tant que directeur de la stratégie et du développement.

Il a donc publié ce livre (que je lirai avec attention), aux éditions de l’Harmattan. Voyez ce qu’en dit la promo :

Les villes sont aujourd’hui confrontées à une injonction quasi schizophrénique. Confrontées à une concurrence territoriale, elles doivent sans cesse développer leur attractivité, accueillir de nouveaux habitants et des entreprises, construire des réseaux les transports, satisfaire une demande utilitaire, sociale et de plaisir tout en gérant la fonte de leurs ressources (naturelles et financières) dont elles sont consommatrices. Comment résoudre cette difficile équation ? Le principe de changement de paradigme urbain appelle logiquement un renouvellement des pratiques de l’urbanisme. L’urbanisme stratégique est un outil. Il repose sur une vision, une méthode, des principes et des acteurs.

Emmanuel de la Masselière livre aux lecteurs son regard de praticien des collectivités et de leur développement. Fort de 30 années à leur service en Ile de France et en province, doublée d’une expérience à l’international, il promeut une vision de l’altérité des territoires et non de l’égalité et une montée en puissance de l’urbanisme stratégique dont la sève est issue de la confiance, une valeur et un concept développé par Alain Peyrefitte dans la « Société de confiance » dont l’auteur s’inscrit en héritier.

Le constat est sans appel et optimiste. Pour l’auteur, il n’y a pas de ville condamnée. L’urbanisme stratégique est la clé de voute de leur développement dans un contexte de consumérisme urbain.

Chaque ville porte en elle les conditions de sa résilience et de son développement car toutes ont des excellences à valoriser. La ville serait comme Robert Musil la décrit dans l’Homme sans qualités « une sorte de liquide en ébullition dans quelque récipient fait de la substance durable des maisons, des lois, des prescriptions et des traditions historiques ». Il existerait une formule chimique pour favoriser le développement de la ville. Il est selon l’auteur « conditionné par un projet évalué, techniquement et financièrement possible, politiquement recevable, échéancé dans le temps, organisé dans l’espace, dont les maîtres d’ouvrage des actions sont repérés et accrédités par la communauté, une communauté qui s’est organisée pour le manager ». Dans tous les cas, une constante, le développement territorial et urbain est une œuvre permanente, collective et transversale.

6 conditions pour penser et développer la ville : impulser une dynamique, mettre en place une approche systémique, s’appuyer sur des valeurs, créer une marque, reconnaitre la force du politique et des habitants.

À partir d’exemples concrets, d’expériences de terrain, Emmanuel de la Masselière analyse et retrace le parcours de villes et de territoires à la lumière de leurs enjeux de développement à l’échelle régionale, métropolitaine, nationale, européenne et internationale. Provins, le Grand Paris, le Grand Roissy, Nîmes, Besançon, Nice, Amsterdam…quels sont les ressorts de l’attractivité ? Tout reposerait il sur les hommes ? Pourquoi Luxembourg se développe et pas Longwy dans les mêmes configurations géographiques à quelques encablures ?

L’auteur vient contredire la suprématie absolue de l’urbanisme globalisé et en dénoncer les méfaits. Il secoue l’organisation territoriale malgré la décentralisation encore bien trop descendante. Pour lui, « La décentralisation en France est encore une expression de la centralisation. Elle ne part pas des besoins des territoires mais de ceux de l’État. Or c’est en cultivant leurs singularités que les villes se développent. On n’interroge pas les territoires sur leur projet. On leur dévolue la gestion de politiques publiques ». L’urbanisme en France est souvent l’apanage des élites ingénieurs et architectes. Ses dimensions spatiale et morphologique sont privilégiées. Il n’est pas question de les contester. Mais à côté, il est question de donner une place et une parole aux politistes, économistes, sociologues… Saskia Sassen, Olivier Mongin méritent autant que Christian de Portzamparc et David Mangin de diriger des équipes de l’Atelier du Grand Paris. L’urbanisme n’est pas seulement une pratique formelle et spatiale mais la construction du système économique et social, la construction de la confiance. Les ressources humaines, l’éthique collective comptent bien davantage ; et au premier rang l’éthologie de la confiance. La stratégie urbaine est une condition de la clarté et donc de la confiance. Une autre condition est la coopération entre acteur et la profonde évolution du rôle des élus. De pourvoyeurs de services publics, ils deviennent des managers du développement. Ce qu’ils ont perdu en sacralité ils le gagnent en responsabilité.

C’est aussi un « Africain » (d’où le choix de l’éditeur ?) ! On devait parler de l’Afrique ensemble depuis un moment … Je crois qu’il  a trainé pas mal en Afrique. Coïncidence : le jour où je rentrais du Bénin, je l’ai aperçu rentrant lui aussi d’Afrique, à CDG… N’oubliez pas: ceux qui ont vécu un bon moment en Afrique Noire constituent une sorte de fraternité aussi informelle que… efficace.J’en ai encore été témoin la semaine dernière (n’est-ce pas, Michel Hourcade?). Les « frangins » à côté c’est de la rigolade. Je referai un article là-dessus pour vous expliquer ça… 

En tout cas, félicitations pour la sortie du livre, c’est toujours un grand moment. EV



Partagez :
  • email
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • MySpace
  • del.icio.us
  • Technorati

Article printed from Roissy Mail: http://roissymail.fr

URL to article: http://roissymail.fr/2014/11/28/emmanuel-de-la-massellierede-lepa-a-sorti-un-bouquin/

Copyright © 2010 Roissy Mail. All rights reserved.